«Céréales anciennes et boulangerie paysanne : les groupes et associations»

«Céréales anciennes et boulangerie paysanne : les groupes et associations»

 

BRETAGNE – Grand ouest : TRIPTOLÈME

Photo F Mercier

 

 

L’association Triptolème est née, en Bretagne, au sein de l’association ASPAARI (Association de Soutien aux Projets Agricoles et Activités Rurales Innovantes), de l’initiative d’un groupe de paysans soucieux du maintien du patrimoine de biodiversité cultivée et de savoir-faireliés à la semence, au travail de la terre, à la transformation des produits, qui ont su associer à leur réflexions et recherches, des artisans, des chercheurs, des médecins et des consommateurs. Cette dynamique collective œuvre pour uneculture locale vivante depuis plusieurs années.

Chacun des adhérents s’inscrit dans des projets de micro-activité ou de pluri-activité agricole, artisanale ou culturelle, privilégiant dans leur réalisation l’adéquation avec un projet de vie de qualité en milieu rural, en cohérence avec des aspirations écologiques et solidaires. Beaucoup se retrouvent isolés dans leur démarche, et ont des besoins d’acquisition de compétences multiples, de savoir-faire anciens et innovants, par la pratique, ou de moyens pour mener à bien leurs expérimentations et recherches en matière de biodiversité, d’agronomie et de transmission.

La mise en réseau au sein de cette association permet de rompre l’isolement, faciliter les échanges, créer des solidarités locales pour favoriser la mise en œuvre de ces projets. L’association participe à la reconnaissance de nouvelles formes d’installation en milieu rural et au maintien d’un tissu local vivant par la mise en place de filière de proximité.

« Lorsque l’on rêve seul, ce n’est qu’un rêve, Lorsque nous rêvons ensemble, c’est le début de la réalité. » Helder Camara

Contact : Christelle Poulaud


 

POITOU-CHARENTES – Cultivons la Bio Diversité en Poitou-Charentes

 

 

Cette association, créée en 2009, a pour objet de sauvegarder, promouvoir, et développer la biodiversité cultivée. Elle vise à :

  • La préservation et le développement de la biodiversité cultivée en recherchant, collectant, multipliant, créant des variétés population.
  • Le développement de modes de production agricoles économes en intrants, en énergie et en eau grâce à la sélection de variétés appropriées à ces itinéraires techniques.

A court terme, elle vise à rassembler les agriculteurs travaillant sur les semences paysannes (maïs, blés, fourragères en particulier), et les jardiniers amateurs travaillant sur les semences potagères.

Thibaud AUBIN Contact

GRAND SUD OUEST : le Centre d’Etudes et de Terre d’Accueil des Blés

photo : H. Zaharia

Cette association s’est constituée en 2005 autour de la collection de plus de 250 blés anciens, cultivés en agriculture biologique sur la ferme de la Famille Berthellot à Port Sainte Marie. L’objectif est de gérer et pérenniser cette collection unique et mettre à disposition des échantillons de semences pour les personnes souhaitant connaître et expérimenter ces blés dans leurs fermes ou jardins. Un travail d’évaluation puis de sélection à la ferme, pour l’agriculture biologique et la panification artisanale, est aussi engagée. Le CETAB a débuté également un travail de multiplication de populations de tournesol en lien avec l’Inra de Montpellier, essentiellement axé sur l’utilisation de celles-ci pour le pressage à la ferme.

Jean-François Berthellot : 05 53 88 11 84

MIDI-PYRENEES-Tarn : Semeurs et semeuses de biodiversité des champs et des jardins

Sous l’influence de Florence, paysanne boulangère dans le Tarn, un groupe de semeurs de biodiversité s’est mis en place pour la conservation au jardin d’une quinzaine de variétés de blés de pays qu’elle détient. Le 25 octobre 2008 une soixantaine de personnes s’est retrouvé chez Jean Paul et Corinne à salles du Cérou pour semer quelques m² de blés anciens et repartir avec un petit sachet de précieuses graines de blés anciens à cultiver chez soi.

Plus d’infos

MIDI-PYRENEES – Hautes Pyrénées : Terre en Vie

L’association a pour objectif de créer du lien entre paysans et consommateurs. Elle a mis en place 2 collections vivantes de blés paysans et travaille en lien avec le projet du GABB65 de structurer des filières locales de production et transformation de céréales (farine, pain, boulgour, pâtes,…)


ZONE MEDITERRANNEE : le Syndicat de Promotion TOUSELLE

Ce syndicat s’est formé pour relancer la culture des touselles (blés méditerrannéens), sa promotion et sa valorisation, et, plus largement, sauvegarder, promouvoir et valoriser des variétés anciennes et adaptées aux terroirs, de céréales, de plantes fourragères et d’autres cultures de la région méditerranéenne. Les membres de l’association souhaitent conserver ces variétés pour certains, produire du pain pour d’autres, ou encore simplement soutenir la démarche en tant que consommateur. L’essaimage de la touselle a commencé dès 2004 : elle est cultivée expérimentalement par des paysans et des paysannes du Gard, du Vaucluse, de Haute Provence, de l’Hérault, de Lozère, des Bouches du Rhône, d’Ariège et d’ailleurs. Par ailleurs, à Nimes, sur la ferme d’Henri Ferté, initiateur de la relance de la touselle, une parcelle expérimentale est en place pour mieux connaître les nouvelles touselles remises en culture, à partir des échantillons fournis par le centre de ressources biologiques de l’INRA.

Contact: Henri Ferté, 04 66 38 23 28
A télécharger: Relance de la Touselle dans le Gard, Par H. Ferté : histoire_touselle.pdf

 

SUD-EST : ARDEAR Rhône Alpes

L’ARDEAR Rhône-Alpes mène depuis 2004 des essais de semences de populations (maïs puis blé). Le travail sur les semences s’inscrit dans la démarche de formation/ action sur l’agriculture paysanne. Pour les années 2005/2006, l’action est surtout centrée sur la sensibilisation et la formation technique des agriculteurs. Un premier travail de collecte des variétés anciennement cultivées dans la région a été réalisé. En 2005/2006, quatre plateforme d’expérimentations sur les blés sont mises en place, chez les agriculteurs.

Contact : Gilles Péreau, 04 72 41 79 22, courriel / site Semences paysannes de l’ARDEAR
A télécharger: plaquette de présentation et dernier bulletin d’information

 

SUD-EST : le Parc Naturel Régional du QUEYRAS

Récolte du seigle – Photo J.Carlier

 

 

 

 

 

 

 

Depuis 2003, dans le cadre d’un programme européen Leader +, le Parc naturel régional du Queyras mène une action de réhabilitation de céréales locales. L’objectif est de constituer un stock de semences de ces céréales résistantes et adaptées aux conditions extrêmes du territoire que la modernisation et la standardisation agricole avaient fait disparaître.

Les semences de seigles et blés retrouvées sont issues soit du Bureau des Ressources Génétiques de l’INRA (conservation issue d’une collecte datant de 1984), soit d’une collecte auprès d’anciens agriculteurs. Cette démarche, qui mobilise un réseau d’agriculteurs, de boulangers et même de particuliers, est porteuse d’enjeux forts : il s’agit de sauver un patrimoine génétique précieux et de créer une micro-filière de qualité, afin d’alimenter à terme les boulangers-pâtissiers en farine “de Pays”.

Contact : Julie Carlier, 04 92 46 88 20

SUD-EST : Producteurs bio des Alpes de Haute Provence

Suite à la rencontre Paysans-Boulangers organisée par BIO DE PROVENCE en 2004 chez Gérard GUILLOT et Gilles APPY (GAEC Les Granges) à Montfuron, une dynam
ique rassemblant agriculteurs, minotiers et boulangers a émergé autour de la relance des variétés anciennes de céréales. Les objectifs sont de relancer les céréales anciennes de Haute-Provence et du Luberon, de développer des produits de qualité (farine, pains et pâtisseries) et de faire connaître ce patrimoine.

Meunier d’Apt, Saissette de Provence…Les variétés de blé autrefois cultivées en Haute-Provence présentent des caractéristiques intéressantes : adaptation aux contraintes climatiques, rendements modestes mais réguliers, bonnes qualités gustatives et nutritionnelles. Ces variétés de blé conviendraient également à certaines personnes intolérantes au gluten.

Une filière blé meunier d’Apt
Dans le Lubéron, il est désormais possible de manger le pain issu du terroir. Produit avec la farine du Luberon, il est le résultat d’une redécouverte : celle du blé meunier d’Apt. Issu d’un programme pour engager le territoire dans une démarche de développement durable, ce projet, porté par AGRIBIO 04 et le Parc naturel régional du Luberon, rassemble agriculteurs, boulangers, meunier et citoyens.
Les variétés anciennes de blé sont cultivées et panifiées sur le territoire du Parc naturel régional du Luberon, les fermes sont de dimension familiale. Les boulangers et le meunier sont des artisans appliquant un savoir-faire traditionnel les céréales sont produites sur des fermes ayant fait le choix d’une agriculture qui préserve la nature, la biodiversité et les paysages

Contact : Bruno Bidon, 04 92 72 53 95,
A télécharger : cr_visite_6_oct_2006.pdf.
A visionner : vidéo de 7 minutes

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search